mardi 19 juin 2018

"La disparition de Chou" sur Ricochet et sur le coin des p'tits loups




Je n'étais pas passée par ici depuis un moment. Je reviens pour vous présenter deux articles qui mettent en valeur mon petit "Chou".


Le première de Gaëlle Farre sur le portail Ricochet :

"
Lola est une mignonne petite fille, aux traits tout en rondeurs. Elle a un papa et une maman, un chat et quelques poissons en plastique pour jouer dans le bain ! Elle a également un éléphant – en peluche – qui se nomme Kiko et puis surtout, il y a Chou. Chou, c’est un koala. Chou, c’est LE doudou de Lola. Chou participe à tout : aux goûters et aux aventures, aux jeux et aux nuits de Lola – mais pas au bain, c’est trop mouillé. Tout est bien jusqu’à ce qu’un jour Chou disparaisse. Lola est triste au-delà du raisonnable mais Chou ne sera pas retrouvé malgré des recherches poussées et renouvelées. Par contre, un autre exemplaire de Chou fera son apparition quelques mois plus tard grâce au cousin Bertrand…

Après Louise, La disparition de Chou est le deuxième album de Stéphanie Demasse-Pottier aux éditions de L’Étagère du bas. Elle met ici en scène un drame de l’enfance connu de nombreuses familles. L’importance du doudou dans l’existence de Lola tout autant que le drame de la disparition sont parfaitement retranscrits. Les illustrations aux traits noirs bien marqués d’Elodie Perrotin sont quant à elles dynamiques et attachantes ! Cette lecture aidera assurément les plus petits à mieux vivre la perte de leur doudou et rappellera aux grands qu’il faut prévoir plusieurs modèles du doudou de son enfant !"

Un autre joli article sur le coin des p'tits loups de Christine le Gerrec   :

" Chou, le doudou koala de Lola, a disparu… Et c’est le drame ! Que va-t-elle devenir sans lui ? Il est de tous ses jeux, la rassure et la console, connaît tous ses secrets et l’accompagne même à l’école… Et puis, comment dormir sans sa présence rassurante ? Ses parents ont beau chercher partout, nulle trace de Chou qui semble s’être volatilisé… Désolés de voir leur petite fille aussi malheureuse, ils posent même des avis de recherche dans toute la ville, mais les jours passent sans que Chou ne refasse surface… Jusqu’au jour où le cousin Bertrand téléphone à Lola pour lui annoncer qu’il a retrouvé Chou, chez lui, de l’autre côté de la mer… Ah, l’horreur absolue du doudou perdu, l’angoisse de tous les parents ! Inutile de mettre entre les mains de vos petits un doudou tout neuf qui ressemble en tous points à l’original : ces rusés se rendront compte illico de la supercherie, tant le « vrai » est dépositaire d’odeurs irremplaçables ! A moins d’être très très malin, comme les parents de la petite Lola… Cet album, aux illustrations joliment naïves tout en couleurs tranchées, qui se termine en happy end (autant pour les parents que pour leur petite fille !), va ravir autant que rassurer vos enfants « accros » au doudou !  Un bon conseil, toutefois : achetez DEUX doudous identiques et laissez les « mijoter » dans les odeurs familières de la maison… ça vous évitera bien des soucis ! A partir de 3 ans.

La disparition de Chou de Stéphanie Demasse-Pottier et Elodie Perrotin, L’étagère du Bas, 2018 / 14€ (Format 21×26)





dimanche 22 avril 2018

"Mon île" sur le blog de l'Etagère du bas





Pour cette chronique, j’ai choisi de mettre en parallèle deux titres sortis au mois de février et qui abordent le même thème – à savoir le refuge qu’une enfant se fabrique – mais de manière complètement différente aussi bien au niveau du texte que des illustrations. Le premier est Mon île écrit par Stéphanie Demasse-Pottier et illustré par Seng Soun Ratanavanh, le deuxième s’appelle Mon petit paradis de Lili Scratchy.
Tous ceux qui ont aimé/aiment se construire des cabanes dans un jardin ou dans leur tête (ou même les deux) apprécieront sûrement…

couv mon île
Dans Mon île, une jolie petite fille nous entraîne dans son monde. La première phrase donne le ton: « J’habite une île sans nom. » Rien n’est nommé mais tout est dit…  Dans cet album, on plonge dans un univers onirique très fort. C’est le voyage intérieur d’une enfant qui fait cohabiter aussi bien ses petits compagnons, ses affaires précieuses que ses rêves, ses envies…
Les phrases sont volontairement neutres et prennent toute leur dimension avec les illustrations poétiques et absolument charmantes de Seng Soun Ratanavanh. Selon moi, la délicatesse est le mot qui caractérise le mieux son travail. Au sens propre comme au sens figuré, un fil rouge est tissé de page en page et prend une forme différente à chaque fois. C’est un détail magnifique… Il y a tout un jeu sur les dimensions, les habitats, les échelles. Petite reine évoluant au cœur de la faune et la flore, l’enfant voyage et entraîne véritablement le lecteur avec elle. Avec son économie de mots, Stéphanie Demasse-Pottier nous livre l’essentiel: le rêve est à la portée de tous. Une vraie puissance se dégage de ce texte grâce à des mots simples, une grande sincérité et une finesse dans le propos.
Bref, cet album est magnifique de bout en bout alors lisez-le et embarquez pour le pays de l’imaginaire !
-----------------------------------------------------------------------------

Un très grand merci à Delphine* pour ce très joli hommage. Je suis ravie et touchée que "Mon île" te plaise.
* Delphine Monteil est auteure du blog jeunesse l'Etagère du bas et éditrice des éditions du même nom.


vendredi 30 mars 2018

" Mon île " sur Des livres et mes envies

Un grand merci à la chaîne YouTube Des livres et mes envies pour sa présentation de "Mon île".


Mon île sur l'émission les Maternelles

J'en ai parlé sur Instagram mais pas encore ici. C'est donc l'occasion de le faire et de partager avec vous cette bonne nouvelle : "Mon île" a été chroniquée dans l'émission les Maternelles le 20 mars. Merci à Benjamin Muller pour sa présentation enthousiaste.